BILAN VOYAGE SOLO AUSTRALIE

Me voilà officiellement rentrée de voyage solo en Australie depuis 6 mois. Le temps est passé si vite et comme vous pouvez vous en douter, ce voyage a laissé des traces. Que retirer d’une si riche expérience ? Dans ce bilan, je me livre à vous et vous expliquer les leçons tirées de ce voyage et tout ce qui se passe dans ma tête depuis mon retour d’Australie.

“ Jobs fills your pocket adventures fill my soul ”

Cette citation, je l’ai en tête depuis des années. Voyageant depuis toute petite, j’ai toujours su que les voyages avaient leur importance dans l’apprentissage de la vie, l’épanouissement personnel et cela a pris encore plus de sens pendant mon premier voyage solo en Australie.

Bilan : l’Australie en tant que voyageuse solo, un rêve réalisé

Pour ceux qui arrivent pour la première fois sur mon blog, partir seule en Australie fait partie de mes plus grands rêves depuis des années. A travers ce bilan, vous comprendrez mon parcours depuis ma première réflexion jusqu’à 6 mois après le retour.

Je suis une passionnée de voyages et d’aventures depuis mon plus jeune âge, et pourtant partir seule aura été un gros challenge pour moi. Affronter le regard des autres, organiser mon propre voyage, ne plus compter sur mes parents ou encore devoir parler anglais n’aura pas été facile, mais j’ai réussi. Sachez que si je l’ai fait, vous pouvez le faire aussi!

A mon rythme, j’ai pris ce rêve au sérieux et j’ai commencé à y penser jour et nuit. Je me voyais en 4×4 en train de faire la belle les cheveux au vent, blondis par le soleil. Petit à petit, j’ai commencé à cocher les cases de ma check-list, jusqu’au jour où j’ai atterri à Sydney. Tout est allé très vite et je n’ai pas été déçue une seconde, par ce que j’ai réalisé mon rêve.

Bilan : les moments forts de mon premier voyage solo et road trip en Australie

J’ai commencé par la côte est, le road trip le plus populaire qui m’a bien surpris ! Cascades, barrière de corail, jungle tropicale, la magie a vite opéré et petit à petit j’ai eu envie de découvrir le pays entier. Mais attendez, vous savez que l’Australie fait 14 fois la taille de la France ? C’est peut-être un peu trop ambitieux de vouloir découvrir TOUT le pays non ? Quand on est prêt à donner de son temps, faire des sacrifices et ne rien laisser tomber, tout est possible !

Petit à petit, j’ai continué ma route et en 6 mois j’avais vu tout ce que je voulais voir en Australie. J’ai vécu des moments incroyables comme des levers de soleil à 5h dans l’outback depuis ma tente, aussi bien que de découvrir un oasis en plein désert sur la route de Darwin.

Quand je fais le bilan de cette expérience, je me rend compte à quel point toutes les personnes que j’ai rencontré sur ma route ont rendu cette aventure encore plus belle.

J’ai voyagé avec des allemands, néerlandais, suédois, avec la même passion commune des découvertes et de l’aventure. Mes co-voyageurs ou travelmates comme on les appelle en Australie m’ont appris les meilleures recettes, des techniques pour voyager en tant que nomade. Car oui, j’ai beaucoup fait de camping dans ma vie, mais à part monter la tente et manger des raviolis cuits au réchaud, mes parents s’occupaient de tout quand j’étais petite.

Dans ce bilan, je me dois aussi de vous parler de mes galères qui font partie du voyage. Jante cassée en plein désert, clés enfermées dans la voiture sans réseau téléphonique au fond d’un parc national, go pro perdue avec toutes les photos dedans, panne de voiture à répétition, tapis de camping crevé sur la route pour Uluru… et j’en passe. Sur le moment, c’est embêtant mais je me rend compte comme on était heureux de repartir à l’aventure le jour d’après.

bilan 6 mois retour d'Australie

Bilan : comment ce premier voyage solo en sac à dos m’a fait grandir

Comme vous l’aurez compris, le bilan de ce premier voyage solo en Australie est positif. Cette aventure m’a beaucoup appris sur le monde qui nous entoure, mais aussi sur moi-même. Changer une roue, aller vers les autres ou encore devoir se passer d’une douche, sont des choses que j’aurai cru impensables jusque-là. Non seulement je me suis enrichie, mais surtout j’ai fait évoluer ma mentalité et développé de nombreuses qualités.

Bilan : comment ce premier voyage solo en sac à dos m’a fait grandir

Grâce à cette aventure, je crois en moi

Pendant des années j’ai rêvé de parcourir le monde en attendant que mes amies soient disponibles pour partir avec moi. J’ai finalement compris que si j’attendais encore, je n’irai nulle part. Et finalement, prendre les devants et partir m’aura fait beaucoup de bien.

J’ai appris énormément de choses qui m’ont donné confiance en moi, notamment l’anglais. A force de devoir me débrouiller dans n’importe quelle situation j’ai progressé très vite, même en faisant des fautes. J’étais fière de me faire comprendre par les australiens et de pouvoir leur répondre.

J’ai appris à être autonome et responsable

Même si j’étais déjà très autonome avant mon départ, quand on part seul on doit apprendre à tout gérer. J’ai eu l’habitude de voyager à plusieurs avec des amis ou en famille, et on se divisait les tâches pour mieux s’organiser.

En préparant ce voyage solo, j’ai appris à suivre le GPS, gérer les réservations d’hébergements, les transports, mais aussi à piloter le drone et penser à tout. J’ai appris à me responsabiliser et à mieux s’organiser. Si toi aussi tu es plutôt du genre indécis, tu verras qu’au moment voulu ça viendra naturellement et que tu assumeras tes propres choix.

Sourire et profiter de l’instant présent

Pendant ce premier voyage solo, je me suis rendue compte du bonheur que ça me procurait de pouvoir faire chaque jour de nouvelles découvertes. En réalisant mon rêve, je faisais ce qui me plaisait, je vivais ces moments que j’avais imaginé 100 fois avant mon départ. Pendant tous ces mois sur les routes, j’ai eu le sourire car je me rendais compte que c’était réel et que tous mes petits problèmes étaient oubliés.

Bilan : ce que ce voyage solo m'a fait réaliser

J'ai des amis dans le monde entier

J’ai toujours été sociable et pris les devants pour lancer une discussion à l’école ou en voyage. La plus part du temps, j’utilise la technique « tu pourrais me prendre en photo » pour aborder les gens et ensuite j’entame la discussion.

La plus part du temps, je me fais une amie pour la journée et on visite la ville ensemble. Pendant ce voyage, j’ai rencontré énormément de monde dont un anglais à Singapour, Cheri à Sydney et dernièrement une russe à Milan. J’ai gardé contact avec presque tout le monde et c’est toujours un bonheur d’avoir de leurs nouvelles.

Ma plus belle rencontre est mon amie allemande avec qui j’ai passé 2 mois à vadrouiller pendant mon road trip. Elle m’a accueillie dans sa voiture et ensemble on a parcouru plus de 10 000 km sans jamais se lasser. Par ailleurs, elle est venue me rendre visite en France 4 mois après mon retour en France et c’était vraiment super ! J’aimerai beaucoup aller lui rendre visite dans les prochains mois.

Toutes ces personnes qui ont croisé ma route ont fait de mon voyage une aventure magique et je ne les oublierai jamais.

Je suis heureuse et me contente de moins

J’ai eu pas mal de prise de conscience pendant ce voyage, mais celle-là est la plus forte. En effet, j’ai toujours aimé collectionner les fringues, les sacs et les chaussures. Du jour au lendemain, je me suis retrouvée à devoir mettre des vêtements dans un sac à dos de voyage ridicule, plus petit que celui que je prends pendant un week-end.

Alors j’ai commencé par tout sortir et par sélectionner et je vous avoue que c’était pas facile. J’espère que je suis pas la seule dans ce cas et que vous ne me prendrez pas pour une folle en disant ça mais c’était presque impossible de faire mon choix.

Tout compte fait, j’ai emmené beaucoup de vêtements qui ne m’auront pas servi et d’autres qui m’ont manqué pendant mon road trip. Je pense qu’on prend vraiment conscience de ce qui nous manque quand on commence à voyager. Je repense par exemple à ma jolie jupe en jean parfaite pour aller en boîte mais pas du tout pour aller faire des randonnées.

Finalement, je me suis très vite habituée à mes 12 kilos à mettre tout le temps les mêmes vêtements. Si vous regardez mes photos avec attention, je porte le même haut bleu fleuri sur la majorité de mes looks. C’est un haut que j’adore, mais surtout je devais en avoir 10 donc j’étais habillée tout le temps pareil.

Ce voyage m’a vraiment fait comprendre la notion du bonheur. Collectionner, posséder ne rend pas forcément plus heureux. Depuis mon retour, je suis fière de n’avoir presque rien acheté, et d’avoir trié et donné beaucoup de choses.

Je suis naturelle et bien dans ma peau

Vivre avec peu, ok, mais ne pas se doucher ? Avant l’Australie, j’ai toujours eu l’habitude de passer du temps sous la douche. Lorsque j’ai commencé mon road trip en Australie, je n’imaginais pas qu’on ne pourrait pas se doucher. J’étais persuadée que tous les soirs on irait toruver un camping avec une douche, chaude ou froide pour se nettoyer après la journée. En fait, certaines fois on ne s’est pas douchés pendant 4 jours.

C’est la raison pour laquelle j’ai arrêté de me maquiller. J’ai laissé ma peau respirer et ça lui a fait un bien fou. 6 mois après mon retour en France, j’ai gardé cette habitude et je ne porte toujours pas de maquillage. En effet, je suis restée sur une routine simple qui consiste à me laver et hydrater mon visage matin et soir.

J’ai souvent eu du mal à sortir sans maquillage et ce long voyage en Australie m’a permis de me sentir mieux dans ma peau et d’accepter mes imperfections.

Je ne connais pas assez la France

J’ai remarqué qu’on est beaucoup à être passionnés de voyage et à vouloir partir le plus loin possible de chez nous. Je suis le bon exemple avec l’Australie, un des pays les plus loin de la France. Avoir passé autant de temps en Australie m’a fait prendre conscience de la chance qu’on a d’habiter un si joli pays comme la France. Sa diversité fait son charme et bien que je parte environ une fois par an visiter un coin de France, je connais mal mon pays.

Mon envie après cette aventure est de partir arpenter les petites routes françaises, visiter des petits villages et découvrir l’Europe. Finalement quand on voit la superficie de l’Australie, l’Europe c’est la porte à côté non ?

Bilan : les moments les plus difficiles de mon voyage

Si cette expérience a été incroyable, dans un voyage il y a toujours des hauts et des bas. J’ai eu parfois du mal à accepter certains moments, j’ai été triste et puis j’ai ravalé mes larmes et j’ai vite oublié ces moments en profitant de cette opportunité incroyable d’être au bout du monde et de vivre une expérience comme celle-ci.

  • Dire au revoir à mes parents à l’aéroport à Paris
  • Perdre ma go pro avec toutes mes photos
  • Être abandonnée par une personne avec qui j’avais voyagé
  • Tomber malade à cause de la pluie qui a fait de ma tente une piscine
voyage solo en Australie et road trip

Rentrer de voyage solo en Australie après un PVT : le bilan

J’ai pu remarquer pendant mon voyage on me posait très souvent la question « tu rentres quand ? » « tu vas faire quoi après ? » et je répondais toujours que je verrai au moment voulu.

Dans ma tête, j’étais pas encore prête à rentrer. Je savais que mon quotidien australien ou néo-zélandais allait terriblement me manquer et je voulais en profiter jusqu’à la fin. Pas facile de devoir dire tous les jours à mon entourage et à ceux qui me demandent ce que je compte faire après. S’il y a bien une chose que j’ai appris pendant mon voyage, c’est que seul l’instant présent compte. Vous trouvez peut-être cette phrase bateau, mais quand on profite pendant un voyage, on oublie facilement le reste.

Avant de partir en Australie, au boulot, je rêvais de m’évader, que le temps passe en attendant les prochaines vacances, sans vraiment apprécier mon quotidien. Pendant cette aventure, j’ai roulé des kilomètres en étant émerveillée chaque jour et j’ai réappris à vivre l’instant présent et à apprécier chaque lever et coucher de soleil.

J’ai vécu sur mon petit nuage, avec des hauts et des bas bien sûr, mais on ne sait pas de quoi est fait demain. Pour moi, quand on voyage seul on doit être prêt à changer nos plans et accepter les imprévus. Rencontrer un local qui nous donne une adresse qui n’était pas sur l’itinéraire ou encore sortir boire un verre avec une étrangère rencontrée le soir même à l’auberge par exemple.

La spontanéité de ce voyage est la raison pour laquelle j’ai arrêté de penser à ce que j’allais faire dans 1, 2 ou 6 mois, par ce que j’avais beau tout préparer, tout planifier, je ne contrôlais rien. Par exemple, j’avais prévu de faire le tour de l’Australie avec une française depuis 2 semaines, elle m’a planté la veille du départ. Cette aventure solo en Australie m’a appris à prendre confiance en moi, ne jamais abandonner et surtout à me sortir de mes galères.

Et puis un beau jour, tu dois réserver ton vol retour pour Paris. Tu connais le dicton, « toutes les belles choses ont une fin » n’est-ce pas ? Il suffit de 24h de vol pour retrouver Paris, les parisiens, le temps gris et que tout ce périple soit loin derrière moi.

Certains angoissent, sont déboussolés par une telle aventure qui a finalement donné du sens à leur existence. Rentrer à la maison est pour beaucoup la fin du rêve et le retour à tous ces mauvais souvenirs et à la routine. Et moi dans tout ça ? Vous y croyez au fait que j’ai été contente de rentrer ?

Pourquoi j’ai été heureuse de rentrer après 6 mois de road trip ?

Ceux qui me suivent savent que ce voyage m’a permis de voir le positif dans chaque situation. Les galères, les rebondissements aussi bien que les moments parfaits m’ont toujours fait sourire. J’ai la fâcheuse habitude de me dire qu’il y a toujours pire. Peut-être que j’ai réussi encore une fois à voir le positif dans mon retour.

J’ai remarqué que beaucoup de personnes ont tendance à dramatiser la situation, et m’ont dit mais « comment tu vas faire pour retourner au travail après cette année ? » « c’est pas trop dur le retour ? ». Honnêtement, même si c’est dur, on peut aussi avoir de bonnes raisons de rentrer.

Retrouver mes proches

Imaginez mon bonheur de retrouver ma famille après tant de temps loin de mes proches ? J’étais tellement heureuse de les retrouver et de pouvoir être présente à leurs côtés pour fêter mes 25 ans. Pendant 6 mois, ou un an à l’étranger, la vie continue ici. Vos affaires, vos amis, votre famille eux sont toujours là et attendent votre retour pendant que vous vivez votre meilleure vie.

Personnellement, j’avais qu’une hâte c’était de rentrer pour remonter le temps et ces mois qui sont passés trop vite et pendant lesquels j’ai manqué des moments de vie importants dans mon entourage. Un diplôme, un anniversaire, des sorties entre amies.. c’est une bonne raison de faire le grand retour non ?

Poser mes bagages et rêver d’ailleurs

Dormir tous les jours dans un nouvel endroit, ne pas avoir de repère, il faut savoir le gérer. Lors de mon périple en 4×4, nous n’avions pas toujours de douche, de lit confortable et retrouver un confort de vie m’a fait du bien.

Je ne peux pas dire que c’était une motivation en rentrant à la maison, car j’ai adoré ma petite vie minimaliste mais avoir un toit quand il pleut, retrouver mes petites habitudes à la maison, ça change et on apprécie. Aurevoir la table de camping, la lampe frontale, les moucherons qui tombent dans le bol de noodles.

J’ai défait mon sac à dos, bien profité de mon lit, de ma salle de bain, de ma machine à laver et la vie a rapidement pris son court. C’est drôle mais c’est comme si tout cela n’était qu’un rêve, que c’était déjà derrière moi.

Pour moi, la meilleure façon de ne pas déprimer après ce long voyage était d’avoir de nouveaux projets. Pourquoi ? Ce voyage à fait naître de nouveaux rêves en moi. Parcourir le monde ? Inspirer les autres à réaliser leur rêve ? Monter une entreprise ? ou encore écrire ces mots et qu’ils soient lu par d’autres personnes que mon entourage.

Créer mon blog pour partager mon premier voyage solo en Australie

Pendant mon voyage, j’ai longuement réfléchi à écrire un blog, pour vous aider et vous inspirer à vous aussi partir seule et à oser l’aventure du road trip en Australie. Je pense vous avoir démontré qu’aucun rêve n’est trop grand et qu’on peut sortir de sa zone de confort, et même visiter un pays qui fait 14 fois la taille de la France comme l’Australie.

A mon retour, je suis challengée sur le fait de lancer mon blog le plus rapidement possible. Vous avez été nombreux à me soutenir dans ce projet et à l’attendre avec impatience. En 3 semaines, j’ai vécu mon voyage une seconde fois de façon intense à travers mon blog et environ 8 articles sont prêts à être publiés !

Le 21 décembre, le blog est en ligne et vous étiez au rendez-vous. La même journée, plus de 450 personnes l’ont visité et les premières retours ont été très positifs. Je me dois de vous remercier par ce que sans vous, je n’aurai surement pas eu la motivation et le courage de le faire.

Au bout 2 mois, j’adore toujours autant écrire, partager, mais je me suis vite rendue compte qu’avoir un blog demande finalement des compétences au-delà de ce qu’on peut croire. Je comprends que derrière un article de blog se cache des heures de travail, de réflexion comparé à la vitesse à laquelle on peut le consommer. Mais aussi, que la régularité est très importante et que je vais devoir y consacrer beaucoup de temps pendant les prochains mois.

Aujourd’hui ça fait 6 mois que je suis rentrée et je suis toujours aussi motivée pour alimenter le blog ! Vos retours sont ma force et vous aider est ma priorité. J’y met tout mon cœur pour vous proposer un contenu différent, parler avec transparence et vous faire passer à l’action.

Sur ce blog on parle de tout et de rien. Votre objectif est de partir seul pour la première fois ? J’avoue que moi aussi j’ai eu peur mais je vous encourage à le faire. Par ailleurs, vous avez envie de partager votre passion à travers un blog ou des réseaux sociaux ? Donnez-vous à fond si c’est vraiment ce que vous voulez, vous pouvez y arriver !

Ce blog est mon passe-temps préféré. Je reçois souvent des questions pour savoir si je gagne ma vie grâce à Instagram et à mon blog et la réponse est non. Je le fais avant tout par passion même si je dois avouer que ce serait avec grande satisfaction si je pouvais en vivre un jour !

Et si je vous disais qu’au bout de 6 mois, nous avons atteint les 2500 visites uniques par mois sur mon blog ? Merci à toi, car si tu lis cet article, tu en fais partie. Si jamais tu veux m’écrire car tu as une question, tu veux des précisions écris moi.

Faire grandir ma communauté sur Instagram

Depuis début mai nous sommes 4000 passionnés d’aventure et de road trip sur mon compte Instagram. Chaque jour c’est un plaisir de vous lire, d’avoir votre avis sur des sujets liés au voyage et de pouvoir échanger sur notre passion.

Avant mon départ nous étions 500, et j’aime beaucoup la manière dont mon compte a pu évoluer. Partage d’anecdotes, de conseils sur du matériel photo aussi bien que le voyage solo.

6 mois après mon retour : et si je vivais de mes passions ?

Cette année en Australie aura été formidable car elle m’a permis d’y voir plus clair sur mon parcours professionnel. Notamment, j’ai pris conscience que vivre dans le moule de l’employé modèle en CDI, n’est en soit pas une obligation. Passionnée de digital et de voyages, à mon retour j’ai fait le bilan, bien décidée à trouver un métier qui mélange mes passions.

Je me suis mis un objectif en tête : devenir digital nomade et pouvoir travailler de partout dans le monde avec mes compétences en tant que Social Media Manager.

Ne vous imaginez pas qu’être digital nomade c’est les vacances et qu’on passe la journée en maillot au bord de la piscine. En effet, si la liberté et la flexibilité est le maître mot, ce n’est pas fait pour tout le monde.

Entre vouloir le faire et le faire sachez qu’il y a un grand pas. A mon retour, j’ai commencé à y réfléchir et plus j’avançais, plus je doutais. Comment je vais trouver des clients ? Est-ce que je vais y arriver ? Par quoi commencer ?

Énormément de questions qui m’ont perturbé et fait douter par ce que je n’étais pas prête et encore une fois, je devais sortir de ma zone de confort.

Au moment où j’écris cet article nous sommes le 8 mai 2020, et j’ai officiellement trouvé mon premier client.

Rien n’est aussi puissant que les rêves. 6 mois après mon retour, je continue à avancer et le chemin se fait petit à petit.

Citation voyage bilan

Bilan : ce qui a été le plus dur à accepter à mon retour

Vous vous en doutez, mon moral à quand même fait des siennes depuis mon retour. Si mon retour m’a procuré beaucoup de joie comme retrouver ma famille, mes amies, de travailler sur blog, certaines fois ça allait moins bien.

Du jour au lendemain, j’ai sauté de mon petit nuage australien pour atterrir dans le métro parisien et retrouver mon ancienne routine et beaucoup de choses qui ne me plaisaient pas. La consommation à outrance, les publicités en boucle, les informations négatives à la télé, les gens qui se plaignent ou encore le mauvais temps.

A ce moment-là, je me suis sentie incomprise par ce que j’avais vécu une année sans informations, sans consommation et avec du soleil et des personnes positives et que je réalisais mon rêve. Je pense que je ne suis pas la seule à avoir ressenti ça en revenant d’un long séjour à l’étranger. Finalement, j’ai réalisé qu’ici rien avait changé à part moi.

Qu’est-ce que je devais faire pour aller mieux ? J’ai trié trié et encore trié mes affaires pendant plusieurs jours en espérant mettre aussi de l’ordre dans ma vie. Amis sur Facebook, dans la vrai vie, vêtements, papiers, photos, souvenirs, tout y est passé. J’ai fait un travail sur moi-même et beaucoup d’efforts pour me réadapter et me concentrer sur le positif.

Pour conclure ce bilan

Croyez en vous et en vos rêves. Cette aventure en Australie a changé m’a vie, m’a donné confiance et aujourd’hui je pense avoir trouvé ma place. J’espère que cela vous inspirera et vous donnera confiance en l’avenir !

Aventureusement,

Aude

4 commentaires sur “6 mois de retour de voyage solo Australie : le bilan”

  1. Coucou, super article ! J’adore ta facons d’écrire, je te trouve tres inspirante et motivante. J’ai hate de suivre tes peochaine aventure car j’en apprend beaucoup !

  2. Magnifique article ! Très complet et agréable à lire. On s’y retrouve forcément et c’est un plaisir de voir ton projet évoluer ! Top 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *